QUITO

Publié le par pvidoni

Enfin me voici devant la porte de l’aérogare de Quito, fumant une bonne cigarette en regardant les massifs environnants sous un beau soleil, mais un peu frisquet quand même à neuf heures du matin. Ca y est, le voyage commence.P9100061

Bonne info du Lonely Planet, cet hôtel avec terrasse d’où l’on peut admirer le magnifique panorama sur la ville et les volcans, surtout le matin car vers 16 heures l’orage gronde, accompagné bien souvent de la pluie.

Ce n’est pas le bagne, mais à 1 850 mètres d’altitude, la balade dans la vieille ville coloniale (une des plus belles d’Amérique latine, parait-il) demande un peu d’adaptation pour un petit gars de la Corrèze. Et c’est vrai qu’elle est belle avec ces vieux bâtiments colorés d’une autre époque. L’atmosphère est détendue, la population vaque à ses occupations de manière calme et paisible. Ceci dit, les Equatoriens savent donner de la voix quand il s’agit de manifester leur mécontentement devant les injustices et la corruption, j’ai croise plusieurs manifs sur le sujet. Mais la police omniprésente veille sur leur sécurité.

 

Incroyable, il faut que je sois en voyage pour que je me réveille l’œil vif et le teint frais à 4 heures du matin. C’est chouette pour le levé de soleil mais ca pèle et je serai bien mieux au lit. Il faut que je me recale rapidement sur l’horaire local, d’autant que l’activité ne débute que vers 8 heures.

A l’hôtel je suis l’ancêtre, les routards (es) sont dans l’ensemble jeunes et communiquent quotidiennement avec la terre entière sur leur ordinateur portable connecté en wifi. Pour ma part, j’ai pas mal évolué depuis Christophe Colomb, puisque je communique avec vous par le net. Le monde a bien rapetissé en peu de temps, il s’agit maintenant vraiment d’un grand village.

Premier petit déj local, le riz, un peu de viande, de sauce, de  légumes et jus de fruit. L’almuerzo, le repas du midi se compose d’une soupe puis d’un plat de riz, d’un peu de viande, de sauce, de légumes et d’un jus de fruit. Pour le diner c’est le desayuno, vous prenez le repas du midi et vous changez un peu les ingrédients. Ce n’est pas cher du tout environ 2.5$ et dans l’ensemble c’est bon. Bien sûr, il existe bien d’autres plats à déguster.

C’est le royaume de la micro entreprise que nos patrons doivent envier pour un meilleur rapport, partout des petites échoppes et des vendeurs de rue pour vendre quatre fois rien. Quarante pour cent de la population vit en dessous du seuil de la pauvreté!

 

P9090021

Certaines indiennes portent leur joli costume traditionnel. Les enfants sont choyés par leurs parents, et portés aussi très tardivement par leur mère, faut dire que les trottoirs et pistes ne sont pas très pratiques pour les poussettes.

Désolé, je ne vous donnerais pas d’infos sur la vie nocturne et débridé de la population. Je suis seul et pour des raisons de sécurité mentionnées dans tous les bons guides, je ne sors pas après la nuit tombée.

Il y a un français connu ici, et de longue date, et ce n’est pas Zidane. Monsieur la Contamine est venu en Equateur pour trouver la ligne équinoxiale, plus connue sous le nom d’équatoriale, et vérifier que la terre n’est pas tout à fait ronde (c’est normal au pays de la patate).

Un monument matérialise l’équateur à la Mitad del Mundo, c’est un lieu très apprécié des équatoriens qui y viennent le week-end écouter de la musique et danser, ils adorent ça ainsi que les glaces.

Publié dans EQUATEUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Domi 14/01/2012 00:20

Un carnet de voyage informatisé !! ouh lala ! et christophe Colomb qui doit se retourner dans sa tombe.....Un voyage qui a bien commencé...